A la une de L'Histoire

Jacques Le Goff : « Mon Moyen Age »

Jacques Le Goff est mort le 1er avril, à 90 ans. Il a accompagné la revue depuis le numéro 22, en avril 1980, toujours prêt à répondre à une demande d’articles ou d’entretiens. Il était le dernier des historiens médiévistes « généralistes » (Duby était l’autre) qui osent aborder de front une longue période, sous tous ses aspects, dans un vrai « appétit de l’histoire » (le titre de son ego-histoire).

Dans la lignée de l’école des Annales, Jacques Le Goff a renouvelé l’approche de l’histoire, intégrant d’autres disciplines (la linguistique ou l’anthropologie), s’intéressant à des objets d’études ignorés jusque-là, comme le corps, la sexualité ou les rêves, utilisant des sources variées (archéologie, sources littéraires, sermons, iconographie...) pour fonder ce qu’on a appelé la « nouvelle histoire » dans les années 1970.

Nous livrons ici de larges extraits de l’entretien qu’il nous avait accordé « Le Moyen Age de Jacques Le Goff », publié dans L’Histoire n° 236, en octobre 1999.

Louis-Monier_Rue-des-archives

 

Actualités de L'Histoire
  • Mona Ozouf lauréate du Prix de la BNF

    Philosophe et historienne de la Révolution française, Mona Ozouf a reçu le 6e Prix de la BNF. La ministre de la Culture Aurélie Filipetti lui remettre officiellement le prix le 23 juin.

  • Féminin, masculin, "neutre": les incertitudes du sexe

    Début avril 2014, l'Australie a reconnu la possibilité pour un individu de se définir de genre "neutre", ni masculin, ni féminin. Comme l'explique Gabrielle Houbre dans deux articles publiés en 2010 et en 2012, les incertitudes du sexe ont aussi une histoire.

     

  • Le Goff l’Européen

    Le grand médiéviste était aussi un ardent défenseur de la construction européenne.

    S’il est un intellectuel que l’attribution du prix Nobel de la paix 2012 à l’Union européenne a enchanté, c’est bien Jacques Le Goff ; encore eût-il été comblé si sa satisfaction avait été plus largement partagée.

  • Jacques Le Goff et l’enseignement de l’histoire à l’Ecole

    Parmi les nombreuses facettes de Jacques Le Goff, l’une d’entre elle semble avoir été oubliée,  dans les hommages justifiés qui viennent de lui être rendus, son rôle dans la question de l’enseignement de l’histoire à l’Ecole. Il est vrai qu’elle ne l’a occupé pleinement  que pendant une courte durée, moins de deux ans, de janvier  1984 à septembre 1985.

  • Carte du Rwanda

    Rwanda : enquête sur les responsabilités de la France

    A partir du 7 avril 1994, en trois mois, près de 1 million de personnes sont exterminées au Rwanda. Quelle est la part de responsabilité de la France dans le déclenchement de ces tueries? Corapporteur, avec Bernard Cazenave, de la Mission d'information parlementaire sur le Rwanda, Pierre Brana rappelle les faits.

  • Jacques Le Goff est mort

    Le grand médiéviste Jacques Le Goff est mort. Il a accompagné L'Histoire pratiquement depuis ses origines. Voici quelques-uns des entretiens qu'il nous avait accordés ainsi que des articles et comptes rendus qui lui étaient consacrés.

    Couverte L'Histoire n°131
  • Les libertins : l'incroyance et le plaisir

    Le numéro n°398 de L'Histoire, consacré aux libertins, paraît aujourd'hui en kiosque, ainsi que sur notre site Internet. A cette occasion l'article de Didier Foucault, "Vanini, le philosophe à la langue arrachée", est disponible dans son intégralité. Retrouvez également la présentation intégrale du numéro.

    L'Histoire n°398 - Les Libertins
  • Le livre noir de Nancy Cunard

    Une passionnante exposition dans laquelle le musée du quai Branly nous livre l’histoire de la journaliste britannique et de sa Negro Anthology, livre somme sur la condition des Noirs du monde entier dans les années 1930.

    Affiche
  • L'empereur Auguste s'expose au Grand Palais

    Du 19 mars au 13 juillet 2014, le Grand Palais, à Paris, accueille l'exposition "Moi, Auguste, Empereur de Rome...".

  • Élections municipales : qui a peur du maire de Paris ?

    Le premier tour des élections municipales a lieu dimanche 23 mars. L'enjeu du pouvoir a toujours été brûlant dans cette capitale qui, depuis le Moyen Age, a fait trembler les rois et la république. La lente conquête de son autonomie s'est jouée dans un face-à-face entre l'État, qu'il soit monarchique, républicain ou impérial, et la population parisienne. Par Isabelle Backouche. 

  • La Crimée dans la mémoire russe

    Dimanche 16 mars, un référendum a été organisé en Crimée. La question est sur toutes les lèvres : "la Crimée est-elle russe ?" Spécialiste de la Russie, Pierre Gonneau nous explique pourquoi la question est plus complexe que cela. Et, en une carte, synthétise la situation.