Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés.

Bonne lecture.

« On dirait le travail des anges... »

Un véritable trésor est aujourd’hui accessible grâce à une vaste entreprise de numérisation : plus de 6 000 manuscrits médiévaux enluminés sortent de l’ombre. Les promoteurs de ce projet nous dévoilent les secrets de fabrication de ces miniatures d’une rare beauté. Des documents d’une richesse exceptionnelle pour qui veut explorer l’imaginaire du Moyen Age.

L’Histoire : Dans un livre récemment paru, assorti d’un DVD-ROM, vous proposez une vision d’un Moyen Age mis en lumière par les miniatures1. Une miniature, est-ce une petite image ?

Jacques Dalarun : Non, le terme de « miniature » ne vient pas de mini mais de minium, c’est-à-dire de l’oxyde de plomb qui fournit la couleur rouge dans les manuscrits médiévaux. La miniature, ou plus largement l’enluminure, c’est la peinture qui est dans le livre.

Il existe des miniatures qui s’étendent sur l’ensemble de la page, d’autres qui se cantonnent dans [...]

Pour lire la suite (statut: Abonnés uniquement)

L'intégralité de l'article est proposée aux abonnés du magazine papier.

Article verrouillé

  • Si vous êtes abonné, identifiez-vous en haut à droite de la page afin de profiter de cet avantage.
  • Votre numéro d'abonné doit être renseigné au niveau de votre profil.
  • Si vous n'êtes pas encore abonné, abonnez-vous sur www.sophiaboutique.fr
Par Élisabeth Lalou, Jacques Dalarun, Patricia Stirnemann