Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés.

Bonne lecture.

Comment on a obligé les Français à se faire vacciner

En 2009 la gestion très critiquée de la grippe H1N1, répondant à une panique croissante de la population sur les effets d'une épidémie non contrôlée, a posé une nouvelle fois la question de la santé publique en France. Cette controverse sur le rôle de l'État s'inscrit dans une longue tradition nationale. C'est ce que démontre le philosophe Gérard Jorland, lauréat du prix d'Histoire de Blois en 2010, dans un livre passionnant sur l'hygiène et la salubrité publiques au XIXe siècle.

L'Histoire : Depuis quand la santé publique est-elle en France une affaire d'État ?

Gérard Jorland : Les premières tentatives en matière de législation sanitaire remontent au XIXe siècle. Mais elles sont restées partielles. Une loi votée sous la Restauration, à la suite de la fièvre jaune de Barcelone 1821, confiait au roi la direction de la lutte contre les épidémies. La loi de 1837 confirmait les maires dans leur responsabilité en matière de salubrité publique. En 1848, les conseils d'hygiène furent généralisés à l'échelle du [...]

Pour lire la suite (statut: Abonnés uniquement)

L'intégralité de l'article est proposée aux abonnés du magazine papier.

Article verrouillé

  • Si vous êtes abonné, identifiez-vous en haut à droite de la page afin de profiter de cet avantage.
  • Votre numéro d'abonné doit être renseigné au niveau de votre profil.
  • Si vous n'êtes pas encore abonné, abonnez-vous sur www.sophiaboutique.fr
Par Entretien avec Gérard Jorland