Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés. Pour les autres lecteurs, il est payant. Bonne lecture.
État d'avancement en mars 2014 : du n°219 au 238."

« Le patrimoine : une question de morale »

Le scandale est né au début de cette année du projet de vendre l’hôtel de la Marine, à Paris, à des opérateurs privés. A l’automne dernier, ce sont des manuscrits conservés à la Bibliothèque nationale que le président Nicolas Sarkozy restituait à la Corée sous la forme d’un prêt de longue durée. Tout cela en contournant le principe d’inaliénabilité du domaine public. Mais ces règles d’inaliénabilité, quels biens concernent-elles et depuis quand ? Et la République est-elle la première à s’en jouer ?

L’Histoire : Toute une opinion s’est émue quand elle a appris au début de l’année que l’hôtel de la Marine, place de la Concorde à Paris, devait être cédé à des opérateurs privés. Comment ce bien national, et en tant que tel inaliénable, pourrait-il être vendu ?

Jean-Michel Leniaud : Le subterfuge consiste à octroyer un bail de longue durée aux acquéreurs. Mais il ne trompe personne ! [...]

Pour lire la suite (statut: payant)

Pour accéder à un article payant, vous devez vous identifier et posséder un crédit d'articles :

Article verrouillé

Par Jean-Michel Leniaud