Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés. Pour les autres lecteurs, il est payant. Bonne lecture.
État d'avancement en mars 2014 : du n°219 au 238."

A chacun son Garibaldi !

Les célébrations de Garibaldi viennent de se terminer en Italie. Deux cents ans après sa naissance, le héros de l’unité italienne, tour à tour républicain et monarchiste, suscite toujours la passion politique.

Après le succès en demi-teinte des commémorations du bicentenaire de la naissance de Giuseppe Mazzini en 2005, l’État italien s’est donné les moyens de réussir celles du bicentenaire de la venue au monde de Giuseppe Garibaldi Nice, 1807-Caprera, 1882. Célébrations qui virent aussi bien des séances solennelles à la Chambre des députés que des restaurations de statues du héros, ou des expositions à Gênes ou à Bergame. Rares furent les villes qui échappèrent à cette vague commémorative. Si ces célébrations furent principalement de nature scientifique, avec l’ambition de [...]

Pour lire la suite (statut: payant)

Pour accéder à un article payant, vous devez vous identifier et posséder un crédit d'articles :

Article verrouillé

Par Catherine BriceProfesseur à l'université Paris-XII Jean-Yves FrétignéMaître de conférences à l'université de Rouen