"Le Crépuscule des pharaons", la richesse de l'art égyptien

Le musée Jacquemart-André présente jusqu'au 23 juillet les chefs- d'oeuvre du dernier millénaire de l'histoire pharaonique. Une exposition pleine de vitalité...

C'est une période de dix siècles où l'Égypte est secouée par diverses invasions kouchite, perses, macédonienne, dissensions internes et insurrections. Des dynasties libyennes au pouvoir de 945 à 720 av. J.-C. à la fin du règne de Cléopâtre VII en 30 avant notre ère, en passant par les « pharaons noirs » qui ont régné à Napata Soudan actuel et par le règne de Psammétique Ier, roi de Saïs, qui réussit vers 656 av. J.-C. à réunifier le pays et à lui assurer paix et prospérité pour un siècle et demi. Une période, cependant, où l'art égyptien reste particulièrement fertile, s'autorisant avec les conventions une liberté inédite - surtout sous la dynastie saïte, aux VIIe et VIe siècles av. J.-C., et jusque sous les Ptolémées. C'est cette vitalité et cette variété des formes, des sujets et des matériaux que cette magnifique exposition se propose de montrer, à travers des oeuvres célèbres ou inédites...

Pour lire l'article en entier :

"Crépuscule égyptien", par Juliette Rigondet, L'Histoire n°373, mars 2012, p. 32.

Pour en savoir plus sur l'exposition :

www.crepusculedespharaons.com