Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés.

Bonne lecture.

Enterré vivant ! Enquête sur une phobie du XIXe siècle

Qu'est-ce qu'être vivant ou mort ? Les débats portent aujourd'hui sur la définition de la mort cérébrale. Anne Carol nous rappelle qu'au XIXe siècle la grande peur était d'être enterré vivant. On recherchait alors fébrilement les signes incontestables d'un décès irrémédiable*.

« Il est un danger effroyable, immense, qui nous menace tous également, grands et petits, riches ou pauvres, jeunes ou vieux, épée de Damoclès suspendue sur nos têtes, en tout lieu, en toute heure1... » C'est par ces termes solennels qu'un philanthrope met en garde, sous le Second Empire, ses contemporains. S'agit-il d'épidémie, de catastrophe naturelle ? Non. Ces mots renvoient à une peur immémoriale, mais qui connaît une sorte d'acmé au XIXe siècle : celle des inhumations prématurées.

Une peur qui traverse les âges et les frontières [...]

Pour lire la suite (statut: Abonnés uniquement)

L'intégralité de l'article est proposée aux abonnés du magazine papier.

Article verrouillé

  • Si vous êtes abonné, identifiez-vous en haut à droite de la page afin de profiter de cet avantage.
  • Votre numéro d'abonné doit être renseigné au niveau de votre profil.
  • Si vous n'êtes pas encore abonné, abonnez-vous sur www.sophiaboutique.fr
Par Anne Carol