Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés.

Bonne lecture.

Hommage à Pierre Vidal-Naquet

Pierre Vidal-Naquet a succombé à une hémorragie cérébrale dans le nuit du 28 au 29 juillet dernier, à l'âge de 76 ans. Avec lui disparaît un grand historien qui a bouleversé notre perception de l'Antiquité classique et de notre héritage grec. Vibrant à jamais de blessures reçues dans son enfance, aguerri par les combats qu'il mena, Pierre Vidal-Naquet apparaissait avant tout comme l'homme de l'éthique, à la fois provocateur et rigoureux, exigeant et bienveillant. Son engagement politique dans la cité contemporaine a nourri en profondeur sa réflexion historique. Nous republions le portrait que nous lui consacrions en 1988.

Pierre Vidal-Naquet avait neuf ans quand l'exode de 1940 le jeta sur les routes, loin d'une enfance dorée parisienne. Onze ans quand une meute de potaches, au lycée Périer de Marseille, l'accula dans un coin de cour afin de lui apprendre, coups à l'appui, qu'un " sale juif " n'est jamais de nulle part. Treize ans lorsqu'il dut fuir loin de la maison où ses parents avaient été arrêtés puis emportés dans une traction noire, le 15 mai 1944, pour disparaître à jamais. Dix-sept ans lorsqu'il acheva ses études secondaires à Paris, après un séjour à Dieulefit, petit village de [...]

Pour lire la suite (statut: Abonnés uniquement)

L'intégralité de l'article est proposée aux abonnés du magazine papier.

Article verrouillé

  • Si vous êtes abonné, identifiez-vous en haut à droite de la page afin de profiter de cet avantage.
  • Votre numéro d'abonné doit être renseigné au niveau de votre profil.
  • Si vous n'êtes pas encore abonné, abonnez-vous sur www.sophiaboutique.fr
Par Jean-Maurice de Montremy