Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés. Pour les autres lecteurs, il est payant. Bonne lecture.
État d'avancement en mars 2014 : du n°219 au 238."

Le Caire, coeur battant de l'Égypte

Le Caire fut le théâtre de la révolution égyptienne. Julien Loiseau a consacré sa thèse à la grande reconstruction, au XVe siècle, de la capitale des Mamelouks.

Les révolutions arabes du début de l'année 2011 administrèrent au monde une vigoureuse leçon d'histoire : des lieux et des hommes y apparaissaient soudainement, mobilisant un passé complexe là où l'on ne voulait voir que la nappe indistincte de la résignation et de la peur. En Égypte, c'est Le Caire qui fut son théâtre presque exclusif. Le Caire, cette capitale qui n'a jamais cessé, depuis sa fondation par les Fatimides en 969, d'être le coeur battant du pays.

Tout a semblé se jouer en une place abstraite et morne dont seul le nom pouvait éveiller quelque familiarité à ceux qui, par [...]

Pour lire la suite (statut: payant)

Pour accéder à un article payant, vous devez vous identifier et posséder un crédit d'articles :

Article verrouillé

Par Patrick Boucheron Maître de conférences en histoire médiévale à Paris-I