Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés.

Bonne lecture.

Les cent jours de Roosevelt

Barack Obama a lancé aux États-Unis un train de réformes accéléré. Avec un modèle en tête : le New Deal de Roosevelt.

Le 4 mars 1933, Franklin Roosevelt accède à la présidence1. Il succède à Herbert Hoover, un républicain qui termine son mandat dans l'impopularité et surtout dans l'incapacité de sortir son pays de la terrible crise qu'il affronte depuis près de quatre ans. Les États-Unis comptent alors environ 12 millions de chômeurs, soit 25 % de la population active. La protection sociale est quasi inexistante. La production industrielle est au plus bas. Les fermiers vendent à perte ou ne vendent pas du tout. Les banques sont, ici et là, en faillite et leurs clients réclament en vain l'argent qu'ils [...]

Pour lire la suite (statut: Abonnés uniquement)

L'intégralité de l'article est proposée aux abonnés du magazine papier.

Article verrouillé

  • Si vous êtes abonné, identifiez-vous en haut à droite de la page afin de profiter de cet avantage.
  • Votre numéro d'abonné doit être renseigné au niveau de votre profil.
  • Si vous n'êtes pas encore abonné, abonnez-vous sur www.sophiaboutique.fr
Par André Kaspi Professeur émérite à la Sorbonne