Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés.

Bonne lecture.

Les Indiens d'Amérique ont détruit la nature

L'Indien « écologiste » est une invention de l'homme blanc. Prenant le contre-pied de ce mythe, les chercheurs américains montrent aujourd'hui que les Indiens furent de terribles prédateurs pour la nature.

« Nous sommes une partie de la terre » , rappelait en 1854 le chef indien Seathl, de la tribu suquamish. Ses paroles ont depuis fait le tour du monde. Elles illustrent posters et cartes postales, servent de slogan aux écologistes, incarnant la profonde sagesse des Indiens.

En réalité, le vieux chef — dont le nom a été donné à la ville de Seattle — n'avait probablement pas l'intention d'énoncer une sentence prémonitoire à l'encontre de la société industrielle et des pollutions qu'elle génère. Sa déclaration se contentait de souligner les différences entre les [...]

Pour lire la suite (statut: Abonnés uniquement)

L'intégralité de l'article est proposée aux abonnés du magazine papier.

Article verrouillé

  • Si vous êtes abonné, identifiez-vous en haut à droite de la page afin de profiter de cet avantage.
  • Votre numéro d'abonné doit être renseigné au niveau de votre profil.
  • Si vous n'êtes pas encore abonné, abonnez-vous sur www.sophiaboutique.fr
Par Philippe Jacquin