Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés. Pour les autres lecteurs, il est payant. Bonne lecture.
État d'avancement en mars 2014 : du n°219 au 238."

« Bons pour le service. » L'expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle

Avec la fin programméede l'arméede conscription s'achèvent les deux siècles de notre histoire au cours desquels s'est mis en place, puis a décliné le modèle d'une défense nationale assurée par l'ensemble des citoyens en état de porter les armes. La Grande Guerre marque le terme du premier mouvement ; elle s'achève sur la victoire de l'armée réorganisée par les lois adoptées entre 1872 et 1913.

En portant son regard sur les conditions matérielles et psychologiques du service militaire tel que l'avait défini le législateur pour relever la France vaincue et déchirée de 1871, Odile Roynette n'éclaire pas seulement un aspect majeur de l'histoire sociale de la IIIe République. Elle donne l'une des meilleures contributions récentes à ce qu'il est convenu d'appeler l'histoire des genres féminin ou, ici, masculin. Car elle a su s'avancer au plus près de l'expérience vécue.

Expérience toute virile, en ce temps-là. Le passage devant le conseil de révision, la reconnaissance de l'aptitude à devenir soldat, puis l'instruction militaire proprement dite : autant d'étapes d'une transition décisive entre la jeunesse et l'âge adulte.

Que ce passage ait été considéré comme essentiel dans la préparation d'une défense efficace et, plus largement, dans la régénération nationale, qu'il ait été cependant une épreuve redoutée par la plupart de ceux qui devaient s'y soumettre, c'étaient là choses connues sans doute. Encore fallait-il analyser de façon critique les textes officiels, les rapports d'inspection, le discours médical, et convoquer des sources méconnues, comme les chansons de conscrits ou les trop rares témoignages d'hommes du peuple sur la vie de caserne.

C'est ce qu'a su faire Odile Roynette, avec vigilance et délicatesse. Ajoutons que de sa thèse elle a su tirer un vrai livre, bien construit et bien écrit. Nulle étude à venir de la sensibilité masculine dans la France contemporaine ne pourra l'ignorer.