Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés.

Bonne lecture.

« Racines du Brésil » de Sergio Buarque de Holanda

Un ouvrage aux origines d'un mythe fondateur : le Brésil comme pays du métissage.

La thèse

Aux confins de l'histoire, de la sociologie et de l'anthropologie, Racines du Brésil est un livre dense et court, construit en sept chapitres. L'auteur reprend à son compte le concept d'« idéal type » de Max Weber pour interpréter la formation du Brésil. Analysant tout d'abord la péninsule Ibérique, il insiste sur la faiblesse de ses institutions et de son organisation sociale et sur la force du prestige personnel. Puis il construit les modèles du « travailleur » et de l'« aventurier » - ce dernier étant seul à même de coloniser le Brésil - avant d'étudier la dichotomie rural-urbain, tant dans la vie économique et sociale que dans les représentations mentales.

Dans une brève étude très suggestive, il oppose le « carreleur » espagnol qui construit des villes coloniales rationnelles au « semeur » portugais qui fait des cités irrégulières, sans plan, collées au littoral dans l'urgence d'un établissement et d'une fortune rapides.

Le cinquième chapitre est le plus connu, le plus discuté aussi, et établit l'idéal type de l'« homme cordial ». Buarque de Holanda démontre l'hégémonie des relations familiales et interpersonnelles directes au Brésil, qui diffèrent de la civilité, propre à la vie en société.

Surtout, la distinction entre le public et le privé s'estompe dans un monde d'abord fondé sur des valeurs rurales et patriarcales, et où le « civil » a du mal à éclore. « Aucun peuple n'est plus éloigné de cette notion ritualiste de la vie [l'urbanité] que le peuple brésilien. La forme ordinaire de nos échanges sociaux est le contraire de la politesse. » Le « coeur », les « affects », la « générosité » : voici les caractéristiques de l'homme cordial.

Les deux derniers chapitres étudient l'un les conséquences de la venue de la famille royale portugaise à Rio en 1808, et l'autre « notre révolution », la nécessité de se couper des racines ibériques pour construire une démocratie politique et sociale dans un Brésil nouveau.

Qu'en reste-t-il ?

Trois livres majeurs marquent la génération de l'entre-deux-guerres au Brésil : Maîtres et esclaves de Gilberto Freyre 1933, cf. L'Histoire n° 303, Formation du Brésil contemporain de Caio Prado Junior 1942 et Racines du Brésil. Depuis les années 1920, le modernisme brésilien rend compte de l'identité du pays « anthropophage », qui assimile les cultures venues d'ailleurs tout en revendiquant son caractère unique, puisé dans son passé indien et esclavagiste.

En plein régime de Getulio Vargas, autocentré, autoritaire, tout en intégrant les nouvelles masses urbaines, ces trois auteurs livrent les outils nécessaires à l'intelligence de l'histoire du peuple brésilien et concourent à la construction du « roman national » qui fonde aujourd'hui encore la vision du Brésil sur lui-même : pays du métissage par excellence, pays qui est le fruit d'une histoire coloniale mais dont le destin manifeste tient à sa singularité irréductible, pays de l'« homme cordial ».

L'auteur

Né en 1902 à São Paulo, juriste de formation, Sergio Buarque de Holanda commence sa vie professionnelle comme journaliste à Rio avant de partir pour l'Allemagne en 1929-1930. A son retour, il devient professeur à l'université et publie son premier grand ouvrage, Racines du Brésil, en 1936. Il est à partir de 1958 titulaire de la chaire d'histoire de la civilisation brésilienne à l'université de São Paulo, à la fondation de laquelle avaient notamment contribué Claude Lévi-Strauss et Fernand Braudel. Il met un terme à sa vie enseignante en 1969 pour protester contre le régime militaire. Auteur de nombreux ouvrages sur l'histoire du Brésil, dont Vision du paradis 1959 sur les mythes de la conquête ou De l'empire à la république 1972, il meurt en 1982. Il est le père de l'actuelle ministre de la Culture, Ana de Holanda, et du romancier, poète et auteur-compositeur Chico Buarque.

 

-------------------

Racines du Brésil, par Sergio Buarque de Holanda, 1936, rééd. Gallimard, 1998.

Par Yves Saint-Geours