Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés.

Bonne lecture.

Jeanne d'Arc

Historienne de la « naissance de la nation France » dans les derniers siècles du Moyen Age, Colette Beaune travaille depuis longtemps sur la place des femmes dans la société politique. Pouvait-elle dès lors échapper à Jeanne d’Arc ?

Sans doute a-t-elle longtemps différé le moment de s’attaquer à la biographie de ce personnage, si intimidant pour les médiévistes. Car si la bibliographie « johannique » est immense, et sans cesse renouvelée, les biographies récentes de Jeanne d’Arc - du moins celles écrites de première main - sont beaucoup plus rares qu’on ne pourrait le croire. Disons-le d’emblée : l’attente des lecteurs est pleinement comblée par le livre de Colette Beaune, qui ­s’impose comme une complète réussite.

Les amateurs de récit de vie y trouveront rassemblé tout ce que l’on peut savoir sur Jeanne, depuis les jeux innocents d’une « fille de la frontière » dans les années 1420 jusqu’au bûcher de Rouen en 1431 : « La Pucelle était morte avant d’avoir vingt ans, laissant une mission inachevée et des partisans abasourdis. » On suit avec plaisir le déroulement des événements, rendu limpide grâce à la belle retenue d’écriture de Colette Beaune et à sa familiarité avec le contexte politique.

Car c’est évidemment toute une société qui se dévoile au fil des chapitres, à partir des sources des deux procès de Jeanne d’Arc la condamnation en 1431 et la « réhabilitation » en 1456 - procès que l’historienne prend soin d’exposer préalablement, l’ensemble de son livre étant au fond constitué d’un long flash-back.

On ne saurait pourtant faire une histoire « positiviste » de Jeanne d’Arc, tant le réel historique y côtoie le mythe. C’est pourquoi Colette Beaune encadre son récit de deux chapitres particulièrement novateurs : le premier « Jeanne avant Jeanne » expose l’horizon d’attente qui, dans ces années de crise où proliférait le prophétisme féminin, rendait possible et pensable l’épopée de la Pucelle ; le second « Jeanne après Jeanne » explore les légendes d’une Jeanne ressuscitée, cachée ou réincarnée, qui suivent une mort à laquelle beaucoup ne se résolvent pas. L’histoire de Jeanne est aussi celle des Jeannes imaginaires.

----------------------

Jeanne d'Arc par Colette Beaune, Paris, Perrin, 2004, 478 p., 23,50 euros.

Par Colette Beaune