Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés. Pour les autres lecteurs, il est payant. Bonne lecture.
État d'avancement en mars 2014 : du n°219 au 238."

Passion Sport. Histoire d'une culture

Le sport n'a guère passionné les historiens français. Au point que l'histoire des pratiques sportives s'est constituée en discipline autonome au sein des universités du sport. Avec Passion Sport. Histoire d'une culture , Georges Vigarello, transfuge talentueux, donne enfin à cette discipline récente ses lettres de noblesse.

L'entreprise est remarquable, du point de vue éditorial et scientifique. Le livre-objet, par sa grande taille, et son organisation en double-page, permet la pleine mesure des attitudes corporelles. De la mêlée des chevaliers illustrée par Cranach l'Ancien aux lentilles de contact de la marque Puma portées par le sprinter Linford Christie, ce sont 400 gravures et photographies qui emportent le lecteur dans un tourbillon de gestes incontrôlés, codés, redressés, exploités, sublimés.

Sont ainsi passés en revue les jeux roturiers et les joutes guerrières, les arts majeurs du paraître courtisan danse, équitation, maniement de l'épée, les jeux de pari paume et les jeux de prix des fêtes paroissiales, l'hygiénisme et la recherche de l'efficacité corporelle au temps des Lumières, l'invention des gymnastiques militaire ou médicale et le développement des premières pratiques compétitives turf , régates, vélocipédie au début du XIXe siècle.

En interrogeant les quatre grandes catégories de l'espace et du temps, du lien social, du principe d'héroïsation, Georges Vigarello peut finalement dévoiler « la décisive originalité du sport contemporain » né avec la société industrielle puis triomphant à l'ère médiatique : sa quête éperdue de la performance, sa méritocratie par le corps, son univers légendaire. Et, caractéristique plus singulière encore, « la manière dont le sport a pu se donner en modèle jusqu'à former une contre-société ».