Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés. Pour les autres lecteurs, il est payant. Bonne lecture.
État d'avancement en mars 2014 : du n°219 au 238."

Histoire de la politesse de 1789 à nos jours

Voilà un livre qui divertira ceux qui s’intéressent à ces prescriptions de tous les jours que l’on appelle la politesse. En débutant avec la période révolutionnaire qui imposa le tutoiement et le titre de "citoyen" pour tous et en finissant sur Catherine Millet et sa vie sexuelle bien connue mais non moins policée : "Sauf au Bois - et encore - on ne se mêle pas sans s’être auparavant salué", l’auteur propose un vaste panorama des usages en vigueur sur plus d’un siècle.

L’intérêt vient bien sûr du décalage entre l’importance accordée aux "manières" et leur caractère presque dérisoire tant ces règles sont, apparemment, arbitraires. Il faut saluer le mérite de Frédéric Rouvillois d’avoir abordé avec érudition et finesse un sujet original, certes déjà bien balisé pour la période moderne - on pense à Norbert Elias, bien sûr, mais aussi aux travaux de Jacques Revel sur la "civilité" -, mais encore assez vierge pour l’époque contemporaine. L’auteur a su exhumer des manuels de savoir-vivre et autres textes normatifs qu’il nous livre avec talent et rigueur.

Pourtant, le lecteur restera un peu sur sa faim si son interrogation première porte sur le "pourquoi" de ces rituels étranges, plus que sur le "comment" de cet exercice délicieux et incompréhensible qu’est la politesse.

Par Frédéric Rouvillois