Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés. Pour les autres lecteurs, il est payant. Bonne lecture.
État d'avancement en mars 2014 : du n°219 au 238."

Le rêve grec de Monsieur de Choiseul. Les voyages d'un Européen des Lumières

De son ami d'enfance Marie-Gabriel de Choiseul-Gouffier 1752-1817, Talleyrand disait que, né avec de l'imagination, il révélait tous ses talents dans une conversation naturelle et abondante. Ce bel esprit n'a, il est vrai, qu'une idée en tête : la Grèce. Il célèbre sa gloire passée, s'afflige de son présent misérable dans l'Empire ottoman et imagine son indépendance dans une Europe des Lumières. Appartenant à la génération qui précède celle de Lord Byron, monsieur le Comte est en France un philhellène d'avant-garde.

En 1776, Choiseul-Gouffier s'embarque pour la Grèce et les rives du Bosphore sur la frégate L'Atalante. Escorté par divers compagnons, peintres et architectes, il découvre le sud du Péloponnèse, les Cyclades et quelques îles de l'Égée, avant d'explorer l'Asie Mineure. C'est un éblouissement.

L'écho de cette expédition sera d'autant plus grand que, paru en 1782, le premier volume du Voyage pittoresque de la Grèce reçoit un accueil extraordinaire. Ce recueil de gravures commentées, ouvrage de géographe, d'ethnographe et d'archéologue, est un récit de voyage original. Ce travail, à la fois d'invention et de compilation, fait place aux citations d'auteurs anciens, aux souvenirs de lecture et aux impressions personnelles. L'expédition qui conduit les voyageurs de Rhodes jusqu'à Smyrne, sorte de « raid parmi les ruines » comme le décrit Frédéric Barbier, détermine pour longtemps les clichés d'un orientalisme de bon aloi, avec janissaire, valet arménien et marchand turc.

Cette publication fait de Choiseul-Gouffier un homme en vue. A l'âge de 30 ans, il est académicien français. En 1784, il est nommé ambassadeur à Constantinople. Il restera sept ans en poste. Recevant de nombreux amis et savants, il prolonge ses recherches par un voyage pionnier en Troade, sur les pas d'Homère, et il prépare un second volume de son Voyage. Sa publication s'achèvera en 1822.

--------------------

Le rêve grec de Monsieur de Choiseul. Les voyages d'un Européen des Lumières, par Frédéric Barbier, Armand Colin, 2010, 304 p., 23 euros.

Par Frédéric Barbier