Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés. Pour les autres lecteurs, il est payant. Bonne lecture.
État d'avancement en mars 2014 : du n°219 au 238."

Les Docks de Londres : de Victoria à Thatcher

Les promoteurs ont fait « pire que la Luftwaffe », dans la City, a dit le prince Charles. Il n’apprécie guère plus le remodelage des Docklands de Londres — ce paysage des bords de la Tamise, en pleine mutation, où les yuppies ont remplacé les dockers. À l’ère victorienne, ce n’était que quais en enfilade, cernés de murs, de cheminées d’usines et de bâtisses en brique rouge sombre. Au milieu des grincements de chaînes, du martellement des tonneliers au travail, des bruits de coques s’entrechoquant, aucun son ne s’élevait d’une armée de 100 000 dockers qui faisaient un labeur harassant. En 1888, on comptait encore 79 000 mouvements de navires.

Autant chercher un écureuil roux dans les forêts anglaises qu’un docker dans les Docklands de l’ère thatchérienne. Dure loi de la sélection des espèces : l’un a été supplanté par son congénère à pelage gris, l’autre par le yuppie à costume sombre et cravate club.

À l’image de la faune, le paysage est en pleine mutation sur les bords de la Tamise, dans l’Est de la capitale. Les grues que l’on aperçoit de part et d’autre du fleuve ne servent pas au déchargement de navires, mais à l’immense chantier de [...]

Pour lire la suite (statut: payant)

Pour accéder à un article payant, vous devez vous identifier et posséder un crédit d'articles :

Article verrouillé

Par Jean-Pierre Navailles