Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés. Pour les autres lecteurs, il est payant. Bonne lecture.
État d'avancement en mars 2014 : du n°219 au 238."

Huit cents ans de faillites d'État

Le feuilleton de la faillite de l'État grec nous tient en haleine depuis plusieurs mois. Le défaut de paiement des États, à vrai dire, n'est pas chose nouvelle. Samir Saul nous explique pourquoi ils se sont même multipliés depuis le XIXe siècle. Pourquoi aussi aujourd'hui ils sont plus dangereux que jamais.

La crise actuelle de la dette des pays européens agite le spectre de la faillite des États1. Un scénario catastrophe auquel on refuse généralement de croire : comment un État peut-il être mis en défaut de paiement ? Et s'il en arrive à cette situation extrême, quelles représailles peuvent peser sur lui ? Que signifie une faillite pour un État alors qu'il est impossible de le liquider comme une simple entreprise ? Même si elles restent moins fréquentes que les faillites d'entreprise, celles des États sont suffisamment nombreuses pour constituer un phénomène historique à part entière.

[...]
Pour lire la suite (statut: payant)

Pour accéder à un article payant, vous devez vous identifier et posséder un crédit d'articles :

Article verrouillé

Par Samir Saul