Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés. Pour les autres lecteurs, il est payant. Bonne lecture.
État d'avancement en mars 2014 : du n°219 au 238."

La pierre et le pouvoir

Depuis la pyramide du Louvre, la Ve République a consacré des présidents bâtisseurs. Une pratique héritée du Moyen Age.

Poser une « première pierre » est un acte qui paraît aujourd'hui banal. Ce geste commun vise à marquer avec solennité le démarrage d'un chantier destiné à marquer l'espace public, qu'il s'agisse d'un musée, d'un hôpital ou d'une école. La personne du « poseur » de pierre - président de la République, édile régional ou local - est à la mesure de l'événement par lequel la puissance publique affirme son emprise sur le cadre monumental de la communauté. Comment imaginer que nous avons affaire à un rituel sécularisé dont les origines médiévales nous apprennent que le pouvoir aime à afficher ses [...]

Pour lire la suite (statut: payant)

Pour accéder à un article payant, vous devez vous identifier et posséder un crédit d'articles :

Article verrouillé

Par Dominique Iogna-Prat