Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés.

Bonne lecture.

Louise Élisabeth , peintre de la reine

Vigée Le Brun vient de faire l'objet d'une biographie, honorée par le prix Chateaubriand. Une vie de roman qui frôla la tragédie.

En janvier 1778, Louise Élisabeth Vigée Le Brun reçoit une demande pressante : elle doit se présenter à Versailles, devant la reine. Marie-Antoinette, en effet, cherche un « peintre qui attrape sa ressemblance », afin d'envoyer à Marie-Thérèse d'Autriche, sa mère, l'image que celle-ci attend depuis longtemps. Le portrait en pied de la reine unit la grâce et la majesté : la jeune épouse de Louis XVI semble en mouvement, et l'éclat de son teint est parfaitement mis en valeur. Mission accomplie : « Votre grand portrait fait mes délices », confie la mère de Marie-Antoinette à [...]

Pour lire la suite (statut: Abonnés uniquement)

L'intégralité de l'article est proposée aux abonnés du magazine papier.

Article verrouillé

  • Si vous êtes abonné, identifiez-vous en haut à droite de la page afin de profiter de cet avantage.
  • Votre numéro d'abonné doit être renseigné au niveau de votre profil.
  • Si vous n'êtes pas encore abonné, abonnez-vous sur www.sophiaboutique.fr
Par Joël Cornette