Les ressources

Dans cette rubrique, vous trouverez la revue des revues, la cartothèque, des sites web mais aussi les éléments pour préparer les concours de Capes et d'agrégation en histoire, des dossiers thématiques (pour les dossiers du magazine, voir la rubrique Dossiers), l'atelier du chercheur qui reprend certaines émissions de La Fabrique de L'Histoire de France Culture et le lexique paru dans divers numéros.

Note au lecteur

"L'Histoire a décidé de mettre à votre disposition, sur son site internet, tout le contenu de ses archives du n°1 (mai 1978) au numéro 238 (décembre 1999). La rédaction demande votre indulgence pour les coquilles et autres erreurs dues à une numérisation qu'il nous faudra un peu de temps pour corriger complètement. Ce contenu est offert à nos fidèles abonnés identifiés.

Bonne lecture.

Années de plomb

Plus de vingt ans après leur chute, l'état de la recherche sur les dictatures militaires en Amérique latine.

Les années 1980 n'auront pas seulement été fatales aux régimes communistes. Elles marquent aussi la fin des dictatures en Amérique latine. Plus de vingt ans après et avec l'ouverture des archives, le temps est venu de les aborder comme « objets d'histoire ». C'est ce qu'entreprend Vingtième siècle dans un numéro spécial janvier-mars 2010 introduit par Stéphane Boisard Paris-III, Armelle Enders Paris-IV et Geneviève Verdo Paris-I.Toutes ces dictatures ont été inspirées par le même anticommunisme. Cependant, leurs durées ont été très différentes d'un pays à l'autre : trente-cinq ans dans le Paraguay de Stroessner 1954-1989, dix-sept dans le Chili de Pinochet 1973-1990, sept en Argentine 1976-1983... Les régimes eux-mêmes diffèrent : entre l'ultralibéralisme économique de Pinochet et la gestion dirigiste des militaires brésiliens, il n'y a pas de superposition possible. Ces « années de plomb » renvoient aussi à l'attitude des États-Unis qui, en pleine guerre froide, par crainte de voir se multiplier l'expérience cubaine dans leur sphère d'influence, ont aidé à l'avènement de pouvoirs forts. Le terrain était souvent idéologiquement préparé, comme en Argentine. Ainsi Mario Ranalletti Buenos Aires montre l'influence que des ecclésiastiques français intransigeants installés en Argentine dans les années 1950 comme l'abbé Meinvielle ont pu avoir sur la formation intellectuelle des militaires. Pour autant, si l'ère des dictatures appartient au passé, la mémoire de ces temps-là reste vivace dans des sociétés qui ont souffert de l'arbitraire du système Condor - la mutualisation de la répression politique entre les dictatures de la région.

Par Daniel Bermond